Traduction : Qu’arrive-t-il à la valeur du Bitcoin, entre augmentations et brusques effondrements.

 

http://www.corriere.it/tecnologia/economia-digitale/cards/cosa-sta-accadendo-valore-bitcoin-impennate-bruschi-crolli/rischio-bolla.shtml 

par Enrico Forzinetti

[…]Ces derniers jours, la monnaie virtuelle a percé à une valeur de 11 000 dollars, pour ensuite s’écrouler en quelques heures à 9 500. Un exemple clair de sa volatilité qui fait également penser à un risque de bulle.

Risque de bulle?

Le motif d’une augmentation qui certains jours dépasse les 10% est surtout celui-ci :il y a toujours plus d’investisseurs, pas seulement privés probablement, qui font de fortes acquisitions de Bitcoin. Et comme cela se produit également pour un quelconque titre boursier sa valeur grimpe aux étoiles. Mais le revers de la médaille existe clairement : des ventes impromptues font s’effondrer le prix. La possibilité de se trouver devant une bulle prête à exploser d’un moment à l’autre existe. D’ailleurs début septembre, quand le Bitcoin valait « seulement » 4 000 dollars, le numéro un de la banque d’investissements JP Morgan avait déjà exprimé des préoccupations pour un grand risque de bulle. Et même un prix Nobel d’économie comme Joseph Stiglitz en a parlé de manière négative sur Bloomberg.[…]

Publicités

DAVERI : « Voilà pourquoi le coût du travail est élevé »

Europe

Europe (Photo credit: Wikipedia)

UE Le coût du travail est en hausse en Europe : selon Eurostat, au premier trimestre de cette année le coût horaire de la main d’œuvre a augmenté sur une base annuelle de 1,6% dans la zone euro et de 1,9% dans l’UE27.
En Italie l’augmentation a été supérieure de 2,5% à la moyenne de la zone euro. Le coût du travail est calculé sur la base de deux composantes : la composante du salaire et celle hors-salaire. Les deux indicateurs dans la zone euro ont augmenté de 1,7% et de 1,4%, alors qu’en Italie ils ont augmenté de 2,3% et de 3,1% respectivement.

Industrie à +3,3%

En regardant la répartition par secteur économique dans les 17 pays, le coût horaire du travail à augmenté de 3,3% dans l’industrie, de 1,8% dans la construction et de 1,3% dans les services.

La Roumanie à +8,6%

Parmi les États membres dont les données du premier trimestre 2013 sont disponibles, les plus grandes hausses annuelles du coût horaire du travail ont été enregistrés en Roumanie, qui a enregistré une augmentation de 8,6% et l’Estonie (+7,5%).   Des baisses ont en revanche été enregistrées en Slovénie (-3,8%), en Espagne (-0,7%), à Chypre (-0,5%) et au Portugal (-0,3%).

« Le cœur du problème c’est la baisse de la productivité »

« En Italie le coût du travail continue à augmenter parce que la productivité diminue » explique à Metro le professeur d’économie à l’Université de Parme Francesco Daveri.

L’augmentation des salaires n’a-t-elle rien à y voir?
Le coût du travail par unité de produit est formé du salaire A parité de salaire, si la productivité baisse, le coût du salaire augmente.  

Pourquoi l’Italie ne réussit pas à faire repartir la productivité?
Parce que dans notre pays il y a tant de petites entreprises, qui de par leur structure ne peuvent pas beaucoup grandir.

Comment peut-on inverser la tendance?
En aidant les petites entreprises, avec moins de bureaucratie et un accès au crédit plus facile.

 

Texte original de Valeria Bobbi traduit par Nathalie BARES

http://metronews.it/master.php?pagina=notizia.php&id_notizia=14519